au chapitre précédent

à la table des matières

au chapitre suivant

 

 

Kudelstaart, le 16 octobre 2020

 

 

Arrivé à Kudelstaart, stationnement pendant l'hiver 2020 / 21

 

 

 

 

Chers amis

Après une saison de navigation 2020 variée, nous sommes arrivés à Kudelstaart, notre place de séjour pendant l'hiver 2020/21. Certains lecteurs de nos rapports se souviennent peut-être: nous hivernons dans le même port que nous avons fait escale il y a 10 ans après avoir repris le bateau et où nous avons passé les hivers 2010/11 et 2011/12. Géographiquement, cela ferme un cercle de voyages à travers les pays européens navigables. Mais ce n'est pas la fin de notre voyage de découverte, même si nous réfléchissons déjà à la manière dont cela pourrait se poursuivre dans un avenir prévisible.

Mais revenons d'abord à nos expériences de l'été 2020. Nous nous considérons chanceux que, malgré la prise en compte des mesures Corona aux Pays-Bas, nous n'ayons pas eu à subir de restrictions à la liberté de circulation sur l'eau et sur terre. La phrase la plus ingénieuse des mesures de protection hollandaises est: "Il est permis à tout moment d'aller chercher un nez frais hors maison". Marcher, faire de la randonnée, du vélo sans kilométrage ni limite de temps était donc notre élixir de vie au quotidien. La navigation n'était pas non plus limitée pour les bateaux de plaisance. Seules les toilettes et les douches des ports ont été fermées. Ce n'était pas un problème pour nous avec un équipement sanitaire complet à bord. Les restrictions ou obstructions beaucoup plus strictes dans les pays voisins que sont la France, la Belgique et l'Allemagne ont favorisé notre décision de passer cet été et l'hiver suivant dans les eaux néerlandaises. Voici le trajet de notre tournée de cet été.

 
 

Merveilleuses expériences de navigation

Immédiatement après notre départ de la marina Twellegea à Amsterdam-Noord, la traversée de l'IJ et le passage est à travers la ville d'Amsterdam nous attendaient. Les paroles amicales d'une gymnaste de tai-chi, rencontrée du matin à l'écluse de Rapenburg, nous ont accompagnés dans notre voyage vers le sud à travers l'Amstel. Un bon nombre d'endroits nous ont semblé familiers des balades à vélo ou des promenades précédentes, jusqu'à Uithorn et l'écluse de Zollhaus à l'est de Kudelstaart.

De vieux souvenirs ont réapparu lorsque nous sommes entrés dans le port de la ville de Gouda ou que nous nous sommes approchés sur le "Noord" du Wijnhaven de Dordrecht. Rivière et canal alternaient, mais offraient toujours un fairway luxueusement large, qui permettait de croiser sans ralentir les gros navires cargo ou de l'hôtel.

 
 

Rencontres spontanées

Naviguer en bateau offre toujours une occasion de rencontres surprenantes.

 
 

En attendant l'ouverture de l'écluse d'Empel dans le canal "Maximakanal" près de 's Hertogenbosch, René et Toos sont soudainement apparus sur leurs vélos en agitant vivement leurs mains. Ils ont aménagé notre navire il y a onze ans et nous l'ont vendu. Une joie pure de les revoir et une brève discussion par-dessus la balustrade jusqu'à ce que l'écluse ouvrât ses portes et que nous continuions notre trajet. Comme par hasard, ils nous ont rencontrés une deuxième fois à Haarlem en septembre et ont fait une pause-café sur la terrasse de notre navire.

 
 

Une voiture garée avec une plaque d'immatriculation bernoise sur la place du marché de Maasbracht piquait immédiatement notre curiosité. Nous n'avons pas eu à attendre longtemps lorsque les propriétaires sont revenus de l'achat. Nous les avons adressés et avons découvert qu'Ulrich et Hedwig séjournaient avec leur bateau dans la marina de Van der Laan pendant quelques jours. Bien sûr, cela ne s'est pas arrêté à cette rencontre et avec un verre à bord de notre bateau, nous nous sommes avéré que nous les connaissons depuis longtemps, car ils géraient la boulangerie à Zollikofen sous le nom "Ueli dr Beck", où nous avons acheté régulièrement notre pain à cette époque.

 

 

À la grande surprise de Heinz, pour son 70e anniversaire le 22 juin, Helga de Herenlaak et Rosmarie et Rinze Marten de Haarlem sont venues à notre navire  qui était prêt dans le chantier naval de Tinnemans à être soulevé hors de l'eau au moyen d'un bassin flottant. Un vitello tonnato et une tarte aux pommes de la cuisine magique de Bernadette ont décoré le festival de délices culinaires.

Au chantier naval de Maasbracht, nous avons fait la connaissance de Catherine et Roland sur leur nouveau bateau Caro. Nous avons décidé de nous revoir à Maastricht en juillet. Là, nous avons vécu quelques jours ensemble, en compagnie de leurs cinq chiens. Lors de longues promenades avec les chiens et de repas partagés en alternance à bord de nos navires, nous avons échangé d'innombrables conseils et astuces, expériences et solutions qui peuvent simplifier nos voyages nautiques. En leur compagnie, nous avons également célébré le 1er août, notre fête nationale suisse - sans bang ni fusées, mais avec un feu d'artifice culinaire.

Sur le quai du Piushafen à Tilburg, Michel et Lelia se sont intéressés à notre bateau. Nous les avons invités à faire un tour et à prendre un verre avec nous. En revanche, ils nous ont montré leur hôtel chambre d'hôtes. Parce que Lelia vient de Roumanie et est une cuisinière professionnelle, elle nous a servi de petits rouleaux de chou avec des garnitures variées comme spécialité roumaine. Ce sont des amuse-bouches très dangereux, car vous en voulez toujours un de plus. Pendant le repas, Lelia nous a beaucoup parlé de sa Roumanie natale. Nous avons dû admettre qu'en plus de Dracula, des Carpates et de Ceauescu, nous en savions si peu sur ce pays diversifié. Malheureusement, à part le Danube, il n'y a pratiquement pas d'eaux navigables, de sorte que notre véhicule n'est pas exactement le moyen de transport approprié là-bas.

Dès que nous nous sommes amarrés dans le port "De Rotterdamsche Admiraliteit", Helga de Herenlaak nous a localisé à l'aide de l'application "MarineTraffic". Le soir même, elle se présentait sur le bord de notre bateau avec son ami Leo. Nous avons décidé de nous retrouver le lendemain pour le petit-déjeuner en commun et pour fair un tour à Hoek van Holland, où on peut voir les grands navires de mer entrer dans le port de Rotterdam. Nous avions beaucoup de vent dans nos cheveux et étions heureux de prendre un petit déjeuner dans le restaurant abrité "Vis Paleis" après une courte promenade pieds nus sur la plage.

Sur le navire "Soeticheyt", qui a soudain fait paraître le Dagens 2 petit, Aad et Florence sont amarrés derrière nous dans le port "Wijnhaven" de Dordrecht. Nous n'avons pas hésité à accepter leur invitation amicale à monter à bord de leur navire et à profiter d'un verre généreux le soir après la visite. Ils venaient de Hellevoetsluis, un endroit totalement inconnu par nous. Cela ne pouvait pas rester ainsi.

C'est pourquoi ils nous ont invités à faire un voyage là-bas et à être invités dans leur port. Dit et fait.

Quelques jours plus tard, nous y avons été chaleureusement accueillis. Florence a évoqué un repas riche et savoureux avec des spécialités persanes pour nous. Avec ses histoires elle nous a emmenés dans sa patrie au Moyen-Orient, un monde que nous ne connaissons pas vraiment et dont les médias ne nous présentent que des nouvelles caricaturales.

En contrepartie, Aad nous a parlé de la base navale historique de Hellevoetsluis et de l'évolution des cours d'eau dans cette zone jusqu'à et y compris le barrage, qui sépare aujourd'hui le Haringvliet de la mer du Nord et régule le bilan hydrique vers l'intérieur. Le lendemain, nous avons visité le barrage et l'écluse maritime de Goere à vélo. En remerciement de leur hospitalité, nous les avons invités tous les deux à bord de notre Dagens 2 à un gratin riche de légumes typiquement suisse avec des salades, sortant comme par enchantement de la cuisine de Bernadette, avant de leur dire au revoir le lendemain matin.

Un séjour au chantier naval chargé

En juin, nous étions enregistrés à Maasbracht au chantier naval de Tinnemans Floating Solutions.

Là, la société Tom Logisch de Kleinmachnow près de Berlin a installé le 2 juin 2020 une petite station d'épuration biologique "enteron50" dans la proue de notre navire. Depuis, nous naviguons proprement sur l'eau et notre soi-disant «eau noire» quitte notre bateau nettoyé dans une qualité de piscine municipale. Cela nous évite d'aligner nos plans de voyage avec les endroits où nous trouvons une pompe d'évacuation pour les eaux usées fécales. Un investissement pas bon marché, mais qui offre nettement plus de liberté, plus de plaisir de conduite et d'accostage. Depuis lors, le système fonctionne de manière entièrement automatique et sans panne. Aucun produit chimique n'est utilisé et la consommation d'énergie quotidienne est inférieure à une ampoule de 50 watts, ce que nos cellules solaires peuvent produire facilement.

Nous avons profité de notre séjour au chantier naval de Tinnemans Floating Solutions pour un certain nombre de travaux de maintenance supplémentaires sur le navire et au moteur, qui ont tous été réalisés à notre plus grande satisfaction à la fin du mois:

  • Entretien périodique du moteur
  • Peinture de protection sur la coque immergée
  • nouvelle vanne d'alimentation en eau de refroidissement
  • Vérifier le jeu de l'axe de la vis
  • nouvelle balle supérieure du mât
  • Ventilation forcée du compartiment moteur
  • Moteur électrique pour l'annexe
  • Contrôle et réglage AIS

  • Réparer le robinet électrique d'adduction du gazole au moteur

  • Test périodique des gilets de sauvetage et des extincteurs.

En naviguant, nous avons rendu visite à des amis de notre voyage 2011/12

Nous avons rendu visite à Marie-Louise, qui gère toujours la boutique de laine 't wolheukske sur la place du marché à Maasbracht et où Bernadette s'est équipée de suffisamment de pelotes de laine pour tricoter un pull chaud à Heinz pour l'hiver à venir.  

Leni et son grand fils adulte Lucien vivent à Maastricht. Ils sont venus à bord du Dagens 2 prendre un café. Ils apparurent dans la même fraîcheur comme à l'époque lorsque nous étions dans le port de 't Bassin il y a huit ans. Le lendemain, nous eûmes rendez-vous à l'hôtel "Beez" à Boschstraat 104-106, où Lucien travaille comme chef d'entretien et barman. Notre lunch, une salade riche sur la terrasse ensoleillée, était un vrai succès.

La capitaine du port Nanni venait également à Maastricht avec ses joyeux parents Jan et Paula pour un petit dîner à bord de Dagens 2. Comme il y a huit ans, nous avons discuté dans un échange d'idées passionnant et aurions oublié le temps, sinon l'obscurité annonçait la tombée du jour et appelait au départ.

Après avoir vendu leur barge historique "Het Wapen van Arum", Marijke et Jacq ont déménagé à Weert dans une maison directement sur le canal. De Panheel près de Maasbracht, nous leur avons rendu visite lors d'une excursion d'une journée en bateau et nous nous sommes amarrés juste devant leur porte. Les joyeuses retrouvailles ont été suivies d'un café convivial sur la terrasse de notre navire. Il y avait aussi Erich et Alexandra, venus de Suisse pour quelques jours.

Un matin à Haarlem, le voilier à moteur Asmara était amarré sur la rive opposée de la Spaarne. Il nous semblait familier. C'est vrai, c'était Peter qui s'était arrêté ici pour une nuit sur son voyage retour à Leiden, venant d'une tournée nord via Helgoland et à travers la Frise. Après un court échange de SMS, il était déjà chez nous à bord pour un café. Il nous racontait ses expériences de navigation au cours des huit dernières années. Bien sûr, il restait encore beaucoup à dire. C'est pourquoi nous nous sommes accordés de nous revoir pendant notre séjour d'hiver à Kudelstaart.

Nos invités sur le trajet de notre voyage

En respectant les règles de conduite de Corona, nous avons réussi lors de nos voyages à accueillir des invités divertissants.

Pendant notre séjour à Panheel, Erich et Alexandra nous ont rendu visite. Ils étaient venus de Suisse en voiture pour passer quelques jours de vacances avec nous. Ensemble, nous avons visité le musée Hergé à Bruxelles, navigué en bateau de Panheel à Weert et retour, cherché dans la jardinerie Leurs à Venlo des plantes et des pots pour leur nouvel appartement et testé le moteur électrique nouvellement acheté pour le bateau annexe. Entre de nombreuses conversations intéressantes et des jeux amusants nous chouchoutait le programme culinaire sortant de la cuisine de Bernadette.

Helga et son ami Leo nous ont accompagnés de Maastricht à Maasbracht. Ils avaient pris leurs vélos à bord et pouvaient ainsi confortablement rentrer chez eux à Herenlaak dans la soirée. Nous les avions déjà visités fin juin lors d'un tour à vélo et passé une journée paisible avec un déjeuner copieux et une belle promenade dans cette oasis de détente au bord de la Meuse non canalisée.

Hannes nous a rendu visite à Tilburg et nous a accompagné en trois étapes à travers le Biesbosch, reserve naturelle d'importance nationale, et par Werkendam jusqu'à Dordrecht. En vadrouille, nous avons fêté le 18 août nos dix ans de vie sur Dagens 2 avec Hannes.

Quand nous sommes allés reprendre la voiture que Hannes avait laissée à Tilburg, nous avons visité ensemble deux grands musées. Le musée moderne d'art contemporain "De Pont" dans une ancienne filature de laine et le musée du textile installé dans une ancienne usine de tissage reconvertie. Deux points forts incontournables d'une visite à Tilburg.

En partant de Leiden, Rinze Marten et Rosmarie nous ont accompagnés pendant deux jours de navigation. Ils étaient heureux d'entrer Haarlem, leur ville de domicile, pour la première fois par la voie navigable. Encore une fois, Petrus nous a accompagnés avec bienveillance. Il nous a accordé des heures chaleureuses à bord et nous a permis de voir de loin le clocher de l'église Bavo, tour emblématique de la ville de Haarlem.

Avec eux, nous avons corsé le reste du mois de septembre d'un programme varié de concerts, de théâtre, de visites de musées, de jeux et de repas en commun.

Expérience nautique spéciale

Dans la région des estuaires de la Meuse et du Rhin avec leurs eaux interconnectées, les fleuves ont atteint le niveau de la mer et sont influencées par la marée. Cela signifie que le courant dans la rivière pousse vers l'intérieur à marée haute et retourne dans la mer à marée basse. Nous avons déjà vécu ce cycle d'un peu plus de 6 heures sur l'Escaut à Anvers jusqu'à Gand et sur le Weser à Brême. L'Elbe bascule aussi à Hambourg. On peut utiliser ce mouvement à son avantage et économiser du carburant. Cependant, si on souhaite amarrer dans cette zone, un ponton flottant est pratique. Il monte et descend avec la marée et les amarres du navire restent fixes. À Rotterdam, le poste d'amarrage prévu à la jetée flottante de la marina "De Rotterdamsche Admiraliteit" n'était pas encore libre à notre arrivée et nous avons dû nous amarrer au quai en béton du port. Pour la première fois sans ponton flottant. La solution réside dans les amarres à longue distance.

Soit le navire est tenu par une longue pointe avant et une longue garde arrière, soit lorsque le courant tourne par une longue pointe arrière et une longue garde avant. Si les pointes avant et arrière sont attachés au bord extérieur du navire en face du quai, elles tirent le navire uniformément contre le quai. Dagens 2 a basculé ainsi 2,4 mètres de haut en bas au rythme des marées.

Toujours quelque chose à faire à bord

Quand cela convient et qu'aucune autre activité n'est au programme, nous prenons soin du bien-être physique de notre navire. Poncer un peu de rouille ici, nettoyer et repeidre quelques zones entre les cadres. Après dix ans, la terrasse arrière a été repeinte, peinture mélangée avec du sable fin durci au feu pour éviter de glisser. La couche de feutre sur les défenses de la coque devait être collé ou remplacé. Une vitre a dû être révisée. De l'eau s'est évaporée du circuit de chauffage et a dû être remplie car l'échangeur de chaleur pour l'eau chaude ne fonctionnait plus avec cette bulle d'air à l'intérieur.

Le robinet sur l'évier à la salle de bains n'a pas pu être scellé et a dû être remplacé. L'échelle de bain était un peu courte vu la hauteur de notre franc-bord. Elle pouvait être prolongée avec des barres et des marchepieds. Nous pouvons maintenant entrer confortablement dans l'eau depuis le navire et remonter.

Il y a toujours quelque chose à faire. De temps en temps, des terriens nous demandent si la vie à bord seul à deux ne serait pas ennuyeuse.

 

 

Cordialement

 

 

www.dagens2.ch

(Les nouvelles les plus récentes se trouvent toujours sous la rubrique "Aktuelles auf Blogspot")

Le 4 octobre 2020 sur Dagens 2 dans la marina de Kudelstaart

 
 

Du 2 octobre 2020 au 1er avril 2021, nous serons amarrés avec Dagens 2 dans la marina de Kudelstaart. Vous nous y trouvez pendant ces mois d'hiver à l'adresse:

Heinz und Bernadette Gubler
aan boord van Dagens 2
c/o
Jachthaven Kudelstaart
Kudelstaartseweg 226
1433 GR Kudelstaart
Pays Bas

Nos adresses e-mail et Web restent inchangées:

heinzgubler@aol.com

bernadette.gubler@bluewin.ch

http://www.dagens-2a.blogspot.com/

www.dagens2.ch

 

 

 Retour au sommet de la page